Le projet MATHIAS, financé par l’UE, a mis au point une nouvelle méthode d’imagerie clinique pour s’attaquer à l’une des principales causes de décès des patients dont le système immunitaire est affaibli.
Le nouveau test consiste à fixer des anticorps à marquage radioactif, sur les structures d’infection formées par la moisissure Aspergillus fumigatus, responsable de l’aspergillose pulmonaire invasive.

Actuellement, le diagnostic définitif n’est obtenu qu’à l’autopsie ou avec une lourde biopsie invasive, une procédure extrêmement désagréable de prélèvement de tissus et de fluides dans les poumons du patient, ce qui n’est pas toujours possible selon l’état de santé.

Les anticorps radioactifs de la nouvelle méthode d’imagerie permettent de voir clairement la moisissure en développement. Les chercheurs du projet ont associé la tomographie d’émission de positrons (TEP) et l’imagerie IRM, des outils présents dans la plupart des hôpitaux, pour identifier la maladie et éliminer les infections résultant d’autres agents pathogènes, bactéries ou virus.

La suite sur Cordis